Togo : Un Ibo brûlé vif à Agoè pour affaire de femme

Par Marcelle Apévi

Togo : Un Ibo brûlé vif à Agoè pour affaire de femme
Le Ibo brûlé

Le phénomène prend une allure inquiétante et suscite beaucoup d’interrogation par rapport au comportement qu’adoptent les amoureux de la vindicte populaire. Depuis quelques années, cette pratique prend de l’ampleur au Togo, suite à la démission de la justice qui refuse de dire le droit. Il suffit de crier au voleur pour que des individus inconnus sortent de l’ombre pour mettre leur pratique inhumaine en exécution. Munis de pneus, d’essence et d’allumettes, ces humains dépourvus de toute intelligence brûlent vif leur semblable.

Pour ce qui concerne la triste scène d’Agoè, il s’agit d’un homme de nationalité Nigériane, vendeur de chaussures, bien connue par les populations de la localité. Il avait un problème avec une fille de nationalité togolaise qui l’a fréquentait, c’est-à-dire sa copine. Ils n’arrivaient pas à s’entendre dans le différend qui les opposait. La fille prise de quel esprit malveillant, on ne sait, cri au voleur et sans se poser de questions, des individus malintentionnés qui ne sont même pas posés de questions, se jettent sur l’homme, le rouent de coups de bâtons, lui jettent des pierres avant de brûler vif l’homme, malgré ses explications et son cri de détresse.

Cette situation inquiète plus d’un, surtout que le fait est susceptible de provoquer une incidence diplomatique.

La vindicte populaire prend de l’ampleur au Togo, ceci dans un silence coupable de la justice qui a lamentablement demissionné. Elle refuse de dire le droit ou encore, de poursuivre ces bandits sans ordre ni loi qui ôtent tranquillement la vie à leur frère, pour un oui ou pour un nom.

La promotion étant faite à l’injustice, les populaions ont malheureusement choisi la vindicte populaire pour se faire entendre. Ce qui est contre toutes les lois et tous principes établis par la nature et les hommes.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE