Togo : Les mensonges d’un gouvernement voyou

Togo : Les mensonges d'un gouvernement voyou

Par Marcelle Apévi togo-online.co.uk

Ce qui s’est passé le 11 avril dans les rues de Lomé et dans plusieurs autres villes du pays, est une révélation du plan d’élimination physique concocté, commandité et ordonné par le régime RPT/UNIR, face à l’agonie. Des citoyens bastonnées comme des animaux et traités comme tel par des militaires et un groupe de bandits, brigands et voyous regroupés au sein d’une unité dénommée USIG (Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie).

Le comble sera atteint lorsque ces délinquants de USIG ont fait parler la violence sur les leaders de la Coalition des 14 partis de l’Opposition, attaqué à coup de gaz lacrymogènes leur convoi et tenté d’éliminer physiquement Jean-Pierre FABRE, chef de file de l’opposition et Nicodème HABIA, président national du parti politique LES DEMOCRATES.

Si dans l’après-midi du 11 avril, la Coalition des 14 partis de l’Opposition a exposé le corps du délit à la presse et narré le faits aux hommes de médias et aux militants, des preuves qui parlent mieux de l’attaque dont il est question, le gouvernement voyou dirigé par Faure Gnassingbé, commanditaire et bénéficiaire, au rang de ministre de la défense et de chef suprême des armées, publie un communiqué truffé de mensonges d’État pour tenter de brouiller la piste de l’attaque de la coalition et la tentative d’élimination physique de ses membres.

Dans ce communiqué, le gouvernement fait un détour mystérieux sur les responsabilités en matière de cette attaque qui ne peut être opérée par autres voyous au vu et au su des forces de l’ordre et militaires déployés dans le pays hier dans toutes les ruelles.

Le gouvernement cite l’incident sans situer la responsabilité de l’armée Togolaise qui est engagée ici et pour corroborer le mensonge, le communiqué indique que le véhicule du ministre SESSENOU aurait été endommagé. Par qui, le communiqué ne donne aucune autre précision. Le communiqué met la forfaiture sur le dos de ce qu’il intitule tentative d’une manifestation interdite.

Venant au verbe endommager conjugué par le gouvernement dans son communiqué pour qualifier ce qui est arrivé aux véhicules de Jean-Pierre Fabre et Nicodème HABIA, aucun gouvernement intelligent et responsable ne peut en faire usage pour se dédouaner, dans une situation où la nature et les traces que ces engins à 4 roues portent comme séquelles suite à l’attaque parlent mieux que l’exposition des faits.

Il faut être un gouvernement voyou pour proposer un tel communiqué qui ne peut plus tromper le vaillant peuple Togolais ni l’opinion internationale.

Pour “l’endommagement” des véhicules de Jean-Pierre FABRE et Nicodème HABIA, on a vu le corps du délit, on a vécu et suivi les faits et les circonstances dans lesquelles ils se sont produits.

Pour celui de SESSENOU, où se trouve le corps du délit? Dans quelles conditions les faits se sont-ils produits? Et qui en sont les auteurs? Le Togolais lambda s’interroge.

LAISSER UN COMMENTAIRE