Togo : KOMBATE Garimbite Seydou emprisonné sur la base de fausses accusations

Togo : KOMBATE Garimbite Seydou emprisonné sur la base de fausses accusations
KOMBATE Garimbite Seydou

Par K. Monzonla

Malgré la nombreuse dénonciation, ces suppos du pouvoir nommés à la tête des préfectures et villes du Togo poursuivent leurs bavures, exactions et abus d’autorité sur les pauvres populations, surtout celles des zones rurales. Après la libération des trois élèves injustement emprisonnés suite à de graves accusations, destruction de biens publics notamment, un autre citoyen nommé KOMBATE Garimbite Seydou croupit derrière les barreaux à la prison civile de Dapaong. Accusé de trouble à l’ordre public et incitation à la violence KOMBATE Garimbite Seydou est fait prisonnier par le préfet de Tandjouaré. Une injustice notoire qui mérite d’être dénoncé afin de permettre la libération sans condition de ce compatriote arbitrairement privé de liberté.

L’injustice prend de l’ampleur au Togo, malgré les milliards sacrifiés par les partenaires financiers pour dit-on, moderniser la justice togolaise. Ce temple de RENOUVEAU comme on l’appelle est à la rude épreuve de perpétuelles et flagrantes violations des droits de l’homme. Contrairement à la logique qui voudrait que le droit du justiciable soit protégé, il est en permanemment violé. Difficile d’avoir confiance en la justice togolaise téléguidée par des bourreaux et suppos du RPT/UNIR.

Le cas qui est dénoncé à travers cet article se produit dans la préfecture de Tandjouaré. Au lendemain de la libération des trois lycéens emprisonné dans le cadre des manifestations des élèves pour réclamer les cours et leurs professeurs, une réunion fut organisée par le chef canton avec les parents d’élèves, les sommant de prendre un engagement de payer un montant de 1 500 000 francs cfa, représentant les dommages injustement imputés aux trois enfants. Le chef prétend avoir obtenu la libération des élèves après avoir pris l’engagement que les parents paieraient la dite somme. Des voix se sont levés pour riposter contre cet exposé qui prend à contre pied la vérité sur les conditions de libération des trois prisonniers. Suite à ces réactions, le nommé KOMBATE Garimbite Seydou pris la parole et indique que les manifestations ont eu lieu sur toute l’étendue du territoire national, assorti d’importants dégâts matériels mais jamais il n’a été question d’un quelconque engagement de parents d’élèves à payer quelque dommage que ce soit à qui que ce soit. Ainsi réfute-t-il cette combine qui voudrait que les parents cotisent pour payer 1 500 000 francs cfa à titre de dommage.

Etant donné que le chef persiste dans sa démarche, KOMBATE Garimbite Seydou conclut en la demande au chef qui fait la pression sur les parents de produire et signer la demande de payement pour usage partout où besoin sera, et surtout marquer l’histoire. Cette conclusion de KOMBATE Garimbite Seydou a conduit à son emprisonnement, sur la base d’accusations absurdes inventées pour lui régler le compte. Il est accusé de trouble à l’ordre publique et d’incitation à la violence. Selon le chargé de la brigade de Tandjouaré, KOMBATE Garimbite Seydou aurait déclaré avoir été envoyé par les ressortissants de Yembour à Lomé, déclaration qui serait avéré faux après leurs enquêtes.

Interrogé, Seydou n’a jamais reconnu avoir fait une telle déclaration qui serait une invention pure et simple de ses détracteurs. Des enquêtes auprès de plusieurs personnes qui ont assisté à cette réunion désavouent cette affabulation du chef et ses compères.

C’est donc clair que KOMBATE Garimbite Seydou est abusivement emprisonné par ces suppos du pouvoir RPT/UNIR qui se moquent hyper dûment des droits de leur concitoyen. Ils se comportent en territoire conquis et piétinent sans remord les intérêts des populations sous leur juridiction.

Il convient donc d’interpeller les autorités en charge de la justice togolaise, si elles ont encore un honneur à sauver, d’œuvrer à la relaxe pure et simple de KOMBATE Garimbite Seydou qui n’est qu’une victime de plus de l’arbitraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE