Appel de Kofi Yamgnane pour la marche du 14 avril 2018 organisée par la Coalition des 14 partis de l’Opposition

Appel de Kofi Yamgnane pour la marche du 14 avril 2018 organisée par la Coalition des 14 partis de l'Opposition
Kofi Yamgnane

Debout Togolais !

Chers compatriotes, Chère jeunesse togolaise, Mesdames et Messieurs,
C’est un grand honneur pour nous de vouloir participer à l’appel de la C14 pour demander le retour de l’ordre constitutionnel de 1992 qui revêt une grande importance pour tous les Togolais.

Ces manifestations traduisent la volonté d’un peuple opprimé, humilié, de sortir des habitudes de gouvernement de notre pays afin de trouver des solutions originales aux différents problèmes qui l’accablent aujourd’hui.
Chers compatriotes, notre réponse à l’appel de la C14 témoigne de notre volonté d’arracher notre liberté à un système d’oppression et de prédation qui asservit et paupérise tout un peuple.

La réponse à cet appel est l’expression de notre soif naturelle et légitime de liberté, notre besoin existentiel d’indépendance acquise au prix du sang mais malheureusement volée depuis l’assassinat du père de l’indépendance, Sylvanus Olympio.

Chers compatriotes,
Nous aurions tellement voulu être avec vous tout à la fois à Aného, Lomé, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Kara, Bafilo, Mango, Dapaong… depuis toutes ces années de lutte ! Mais malheureusement, nous sommes dans l’impossibilité momentanée d’être à vos côtés même si vous savez pouvoir compter sur nous.

Oui, nous devons arracher notre liberté et notre dignité. Toute l’histoire de l’humanité n’est qu’une lutte pour la liberté et la soif d’être reconnu. La liberté comme la dignité se conquiert chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde… Nous devons être toujours prêts à les défendre. C’est notre constitution, notre liberté, c’est la dignité du peuple Togolais libre à jamais. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, le peuple Togolais a besoin de se mobiliser, de prendre son destin en main, d’arracher sa liberté pour honorer la mémoire des pères de l’indépendance, de Tavio Amorin, de Boukari Djobo, de Boukari Kérim, de Atidépé…etc et tous ceux qui sont tombés pour un Togo nouveau et démocratique sans oublier les milliers d’autres qui ont mis leur vie en péril en quittant le navire ivre du syndrome de la tyrannie, tels que François Boko, Amah Poko, Agbéyomé, Péré…etc. Nous n’avons plus droit aux erreurs politiques des générations passées, ces erreurs dont le pays souffre gravement aujourd’hui.
Peuple Togolais, notre histoire nous interpelle et nous avons rendez-vous devant elle. Notre hymne national, la « Terre de nos aïeux » nous invite à soupirer vers la liberté comme ces jours-ci quand les tyrans nous assaillent, « à vaincre ou à mourir mais dans la dignité ».

Inutile de revenir sur la courte mais combien significative histoire de notre pays. Les différents pays occupant le Togoland se sont présentés comme une force contre l’esclavage et un souffle civilisateur mais, ils ne vont pas tarder à succomber à leur tentation naturelle historique de soumettre tout un peuple aux travaux forcés… Mais dans cette humiliation, même nos premiers oppresseurs ont apprécié notre peuple au point de qualifier notre pays de colonie modèle, « Munster Kolonie ». Oui nous étions un grand et digne peuple quand en 1962, Sylvanus Olympio, un des rares et premiers chefs d’État africains à être invité à la Maison Blanche pour une conférence de presse avec John Kennedy. Quelle notoriété ! Quel honneur !

Mais malheureusement, peu après l’indépendance acquise aux prix des sacrifices et des vies humaines, la dynastie Gnassingbé a confisqué le pouvoir par la force pour ensuite gérer le Togo comme sa propriété privé, ne s’intéressant uniquement qu’à son enrichissement personnel et non au brave peuple Togolais.

Aujourd’hui 55 ans plus tard, le fils a remplacé le père et le système d’exploitation et d’oppression est resté le même. Du temps du père comme de celui du fils, les Togolais ont été massacrés par milliers et aujourd’hui ce massacre continue malheureusement pour s’opposer à la demande légitime du retour à l’ordre constitutionnel de 1992.
L’histoire dramatique du Togo se répète 13 ans après par une prise de pouvoir sanglante par le fils.

Le peuple togolais a été unifiée par le sort, et cette unité revêt une grande importance, une opportunité inouïe.

Mais les ennemis du peuple togolais essaient depuis 1963 de nous diviser entre le Nord et le Sud, de nous opposer entre Kabyè et Mina, entre Kotokoli et Moba, entre musulmans et chrétiens… parce qu’ils savent qu’unis nous sommes invincibles. Ils savent que liés comme nous sommes, nous sortirons vainqueurs de toute confrontation et que leur pouvoir est en péril.

Celui qui essaie de diviser le Togo pour régner sur la base ethnique, tribale, religieuse ou autre, pour ses intérêts personnels, doit savoir qu’il a tout à perdre et qu’il serait comptable devant les pertes humaines qui seront incalculables. La diversité du peuple Togolais dans l’unité est une immense richesse.

La « colonie-modèle » est devenue la risée du monde entier. Notre fierté d’être Togolais a été entachée mais impossible n’est pas Togolais car notre capacité de sursaut et d’éveil patriotique peut encore faire la différence et restaurer notre fierté perdue.

Depuis 55 ans, notre dignité est constamment bafouée. Nous vivons chez nous comme des objets que se serait approprié une famille, voire une seule personne, et nous n’avons aucun autre choix que la résignation, l’exil, la prison ou la mort. Non vraiment aucun choix ! Non, plutôt une contrainte, une situation qui nous est imposée comme à des esclaves.
Dans ces conditions, sommes-nous encore libres et égaux au-delà du droit naturel, comme le reconnait la Charte Universelle des droits de l’Homme ? Absolument pas !

Cette personnalité morale du Togo devrait organiser un ordre social, mais l’État Togolais organise la décohésion sociale par les injustices, la corruption, toute forme d’anti-valeurs qui sont en train d’humilier le Togo. Quelle autophagie !

Les ordres institutionnels et juridiques font place aux arrangements claniques. L’impunité règne en maître absolu, les institutions sont illégales et illégitimes, la République a cessé d’exister pour céder la place à une monarchie qui fonctionne sans tenir compte de la volonté du souverain primaire exprimée dans la constitution votée par le referendum de 1992 : le peuple togolais ! Nous réclamons donc haut et fort le retour à l’ordre constitutionnel de 1992.

Beaucoup ont parié sur notre disparition comme peuple, mais nous pouvons déjouer les pronostics. Nous pouvons reconstruire notre pays en lambeaux car il y a de l’espoir pour la racine vivante d’un tronc mort.
Les pères fondateurs de l’indépendance se retourneraient dans leurs tombes si on leur passait le film de ce qu’est devenu le Togo qu’ils nous ont légué après 55 ans de gestion chaotique. Ne nous les avons pas tout simplement trahis ?

Debout, Togolais ! La liberté se gagne tous les jours et malgré toute la répression, les combats pour la liberté dans l’histoire des peuples t’invitent à continuer à te battre pour ta liberté comme se sont battus les pères de l’indépendance.

Debout Togolais ! tout est encore possible !
Ta liberté et ton destin sont entre tes mains.
Mobilisons-nous pour la transition citoyenne.

LAISSER UN COMMENTAIRE