Et l’opposition togolaise fait la Realpolitik

Et l’opposition togolaise fait la Realpolitik
Conférence de presse de la Coalition des 14 partis de l’opposition, Lomé, Lundi 26 Mars 2018

Par Tata Hounkanli, togo-online.co.uk

Je suis heureux d’apprendre que l’opposition togolaise abandonne son idée du départ immédiat de Faure Gnassimgbe. Pas parce que je ne voudrais pas que Faure quitte immédiatement le pouvoir. Mais j’étais convaincu que l’opposition n’avait pas les moyens de ses objectifs. Je n’avais cessé de dire et de rappeler que, si nous voulons le départ immédiat de Faure, ne laissons pas tomber le momentum de la pression populaire. Lorsqu’un régime fasciste est acculé, il cherche à gagner du temps pour reprendre la main. L’opposition avait offert ce temps précieux à UNIR. Et ils ont repris la main.

Avec l’abandon de cette revendication et la proposition d’une transition, l’opposition togolaise grandit. Elle serait à l’aise dans la négociation. Car je voyais une incongruité politique de négocier un départ immédiat, sans force. Quelle que soit la force. Militaire ou populaire. Reste à savoir comment empêcher Faure de se présenter en 2020 si les négociations échouaient.

Lors de mon récent voyage à Lomé la semaine dernière, j’ai pu rencontrer des leaders de la Coalition des 14 partis de l’opposition. J’ai partagé avec eux ma vision et mes propositions pour faire avancer les négociations. Je suis heureux que cette nouvelle décision prise par l’opposition soit la première étape de la solution que j’ai suggérée. Je suis allé encore un peu plus loin dans mes discussions et propositions avec eux : je préconisais l’acceptation du principe du referendum. Ce n’est pas une position nouvelle. J’avais déjà écrit sur cette question. Car il serait difficile aux démocrates de se soustraire d’une consultation populaire. Aussi frauduleuse soit elle. De plus, avec ou sans l’opposition, UNIR irait au referendum. Il n’y pas de doute. Sauf circonstances imprévues. Alors, allons au referendum.

À LIRE AUSSI : Referendum ? « Bring it on ! »

Mais Pas avec le texte proposé par UNIR. Proposons un texte impersonnel, qui, adopté empêcherait de facto Faure de se présenter en 2020. « En aucun nul peut faire plus de deux mandats. Cette disposition est d’application immédiate. » ou toute autre formule plus élaborée. Dans ce cas, si UNIR sait qu’il est populaire, il n’a qu’à faire campagne pour le « non ».

Il n’oserait pas. Je ne suis pas naïf pour croire que UNIR accepterait une telle proposition. Parce qu’il leur serait difficile de faire campagne pour le « non ». Et surtout de pouvoir frauder dans pareilles circonstances. Mais ça permettrait à l’opposition de parler un langage clair et un message qui resonne bien dans une négociation de ce genre. Vu qu’ils ont choisi la voix et la voie des négociations. En attendant qu’un vrai soulèvement populaire n’emporte le régime.

LAISSER UN COMMENTAIRE