Bien comprendre la nature, les structures, les objectifs le fonctionnement du système militaro-mafieux incarné par Faure GNASSINGBE pour mieux en venir à bout

Bien comprendre la nature, les structures, les objectifs le fonctionnement du système militaro-mafieux incarné par Faure GNASSINGBE pour mieux en venir à bout
K. Kofi FOLIKPO

Par K. Kofi FOLIKPO [1]

Le violent régime archaïque du RPT (reconverti en UNIR) incarné par Faure GNASSINGBÉ et adossé à une junte militaire minoritaire n’est pas plus tenace et plus féroce que celui de l’Apartheid ayant mortellement sévi jadis en Afrique du Sud.

Il n’est pas plus tenace, plus féroce et plus pernicieux que celui de Duvalier-père-et-fils ayant systématiquement ruiné Haïti et le Peuple Haïtien pendant plus de trois décennies.

Il n’est pas plus tenace et plus féroce que celui des Khmers Rouges chapeauté jadis par Saloth Sar (alias Polpot) au Cambodge.

Il n’est pas plus tenace et plus féroce que le régime d’Idi Amin Dada en Ouganda et encore moins celui de Ben Ali en Tunisie.

Il n’est pas plus tenace, plus féroce et plus pernicieux que le violent régime hyper-corrompu de Mobutu Sese Seko dans l’Ex-Zaïre.

Ce défi peut être relevé si les Citoyennes et les Citoyens togolais sont de plus en plus nombreux à mieux connaître le système prédateur qui détruit cruellement leur Vie depuis des décennies. C’est grâce à cette meilleure connaissance du système que chacun peut voir sur quel(s) leviers il peut agir depuis son niveau mais en synchronisation avec d’autres actions provenant d’autres Citoyens pour provoquer cet effondrement plus que nécessaire.

Connaître le système funeste qui détruit la Vie des Togolaises et des Togolais doit aller au-delà de la connaissance des hommes et des femmes qui l’incarnent pour découvrir ses origines profondes, ses soubassements et allégeances cachés, ses structures occultes et ses objectifs inavoués. Tel est le but essentiel que le présent s’est fixé en guise de contribution à la Renaissance de la Nation Togolaise.

I. Les structures d’influence exogène et la nature militaire endogène du régime fasciste de Faure Essozimna GNASSINGBÉ.

(1) 1. L’épicentre du pouvoir du violent régime de Faure Essozimna GNASSINGBÉ qu’il capta dans un lac de Sang humain à la mort de son violent géniteur Etienne Eyadéma GNASSINGBÉ se trouve au sein d’un réseau obscur français de prédation qui ne connaît aucune pitié pour les Peuples Africains depuis des siècles et qui ne comprend que le langage de la violence.
Ce réseau français obscur et violent n’entend raison que si des intérêts français, des biens français ou la sécurité des Citoyens français tant au TOGO, dans les autres pays africains que partout ailleurs deviennent visiblement une cible de l’expression violente de la colère des Peuples qu’il spolie cyniquement et paupérise sans vergogne. L’histoire sur la lutte héroïque pour la fin de la violente oppression coloniale française en Algérie, au Cameroun et au TOGO en dit long …

(2) Une très petite minorité d’Officiers médiocres de pacotille (issus essentiellement de l’entourage familial des GNASSINGBE) est secrètement chargée par ces français médiocres de faire pour eux le sale boulot en exécutant pour eux en Afrique les basses besognes mafieuses tant au TOGO qu’en direction d’autres pays africains, moyennant la couverture diplomatique que les Officiels français apportent aux crimes multiformes que ces Officiers minoritaires commettent sous le couvert de l’Armée togolaise au profit des milieux obscurs français et à leur propre profit.

(3) Cette très petite minorité d’Officiers sans scrupules se comporte comme une armée secrète dans l’Armée, ou mieux, comme une Milice hermétique cultivant des pratiques occultes aveuglément destructrices et cherchant toujours à se placer au-dessus de toute Loi (militaire, civile ou naturelle) et au-dessus de toute Déontologie militaire au sein de l’Armée.

C’est cette minorité d’Officiers de pacotille qui commet habituellement le Terrorisme d’État pour le régime togolais, tant au TOGO que hors du TOGO!
C’est cette minorité d’Officiers de pacotille qui va recruter souvent des mercenaires étrangers et des milices étrangères qui sont déversées dans les rangs de l’Armée togolaise pour amener les Militaires togolais à commettre des crimes odieux sur les Populations togolaises, comme l’Armée coloniale française l’avait toujours fait entre la fameuse “Afrique Équatoriale Française” et la fameuse “Afrique Occidentale Française”.
C’est cette minorité d’Officiers de pacotille qui est souvent à l’origine des épurations violentes au sein de l’Armée togolaise sous forme d’exécutions extra-judiciaires, ou au mieux des cas, sous forme de radiations arbitraires de l’Armée pour des motifs fallacieux.
C’est cette minorité d’Officiers de pacotille qui s’enrichit de manière criminelle sur le dos de toute l’Armée togolaise et de l’ensemble de la Nation Togolaise à travers des trafics de surfacturation durant l’achat et la livraison de matériels militaires, à travers des trafics de diamant, d’or et d’organes humains!
Cette minorité mafieuse d’Officiers habituellement médiocres s’est emparée de l’Institution Militaire suite à l’assassinat du Premier élu Sylvanus OLYMPIO, en passant par le truchement de l’intégration massive d’anciens Militaires togolais qui furent démobilisés au sein de l’Armée coloniale française à partir de 1957/1958. Cette vague d’intégration massive habituellement flanquée de promotion souvent fantaisiste en grade concernait des personnes comme Etienne Eyadéma GNASSINGBE, Janvier CHANGO, James Yaovi ASSILA, Robert ADEWUI, Emmanuel BODJOLLÉ.
Les Officiers togolais intègres et expérimentés tels que les Colonels Kléber DADJO et Alidou DJAFALO qui servaient dans l’Armée embryonnaire togolaise depuis l’époque coloniale jusqu’à l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO seront progressivement mis sous éteignoir pour permettre à l’Armée togolaise sous le gouvernement du Président Nicolas GRUNITZKY de devenir dès 1964 une simple horde de vulgaires supplétifs pour l’Armée française.

(4) L’assassinant du premier Président élu Sylvanus OLYMPIO en Janvier 1963 par ces anciens Militaires revenus de l’Armée coloniale française ajouté au Coup d’État militaire de 1967 contre le deuxième Président GRUNITZKY par ces mêmes Militaires désormais déversés dans l’Armée togolaise a produit un choc psychologique et social à la fois violent et négatif au sein de la Conscience collective des Togolais. Ces recrutements massifs qui ont fini par faire de cette Armée une horde de vulgaires supplétifs pour l’Armée française ont finalement fait du TOGO le pays le plus militarisé de toute l’Afrique de l’Ouest jusqu’aujourd’hui, sans être pourtant en situation de guerre!
Bien comprendre la nature, les structures, les objectifs le fonctionnement du système militaro-mafieux incarné par Faure GNASSINGBE pour mieux en venir à bout
Ce rôle de vulgaires supplétifs que l’Armée togolaise se mit à jouer de façon extravertie pour l’Armée française, la situation de Coup d’État permanent qu’elle a créée au sein de la société togolaise et sa stratégie mortifère de Guerre de basse intensité permanente ont fini par lui donner aux yeux des autres composantes de la société togolaise le profil hautement négatif d’une Armée d’occupation déployée contre le Peuple Togolais qu’elle est censée pourtant protéger contre toute agression extérieure et en cas de graves catastrophes naturelles!
La campagne mensongère et manipulatrice du régime de feu Eyadema GNASSINGBÉ qui tenta vainement durant son long règne sanglant de justifier l’assassinat crapuleux qu’il accepta avoir commis en sa qualité d’ancien Militaire démobilisé de l’Armée coloniale française sur la personne du Président Sylvanus OLYMPIO, le maintien de la situation de Coup d’État permanent avec son corollaire de la Guerre de basse intensité permanente prouvent que les Militaires togolais (hier et aujourd’hui) n’ont jamais mesuré la gravité du choc psychologique et social provoqué par leur action brutale, anti-républicaine et anti-démocratique dans le psyché collectif des Togolaises et des Togolais!
Plus grave encore est le fait que l’Armée togolaise ne s’est pas dotée par exemple d’infrastructures médicales performantes qui auraient pu profiter non seulement à son propre Personnel mais aussi à l’ensemble de la Population Togolaise, comme c’est le cas au Ghana voisin par exemple.
Son Unité de Génie militaire par exemple n’est pas activement impliquée dans la réalisation d’infrastructures routières qui profiteraient à l’ensemble de la Nation Togolaise.
L’Armée togolaise est presque absente aux côtés des Populations Togolaises en cas de graves catastrophes naturelles comme les inondations de plus en plus dramatiques et en cas de graves sinistres comme les incendies des édifices publics et privés.
La majorité des Togolaises et des Togolais peuvent donc déduire des actes crapuleux initiaux d’assassinat et de Coup d’État ajoutés à ces attitudes inciviques notoires que les Militaires togolais (pris globalement) semblent visiblement ne vouloir faire aucun effort pour que le tissu social abîmé soit recousu!
Le comble, c’est que le Militaire togolais ordinaire qui n’est pas censé ignorer le grave discrédit que cette petite minorité d’Officiers médiocres de pacotille jette sur l’ensemble de l’Institution militaire, est souvent étonné que les Militaire togolais en général ont une mauvaise réputation auprès de la majorité des Togolaises et des Togolais qui ne peuvent pas si facilement les porter dans le coeur au vu de tout ce qui est décrit ci-dessus!

II. L’apparence trompeuse de régime politique civil et les mécanismes ténébreux de son fonctionnement.

(1) Le RPT (devenu UNIR) qui constitue le cache-sexe politique et civil de ce violent régime militaro-mafieux piloté en catimini par cette poignée d’Officiers médiocres proches des GNASSINGBE pour le compte de ces milieux ténébreux étrangers, n’est pas en réalité un parti au vrai sens du terme, mais plutôt une SECTE OCCULTE basée sur la pure Sorcellerie (Adzé)! Voilà ce qui explique le goût morbide de ses membres pour le Mensonge cru, pour le Faux flagrant, pour la Violence gratuite derrière une apparence d’hommes civilisés, pour les Divisions perpétuelles entre les gens à tous les niveaux (Nord contre Sud, Ethnie contre Ethnie, Kabiyè contre Non-Kabiyè, village kabiyè contre village kabiyè, membres de même familles les uns contre les autres, etc.), pour l’épanchement gratuit du Sang d’autres Citoyens (ce qui constitue une forme très cachée de sacrifice humain au profit des esprits ténébreux de leur secte de la Sorcellerie), pour l’Usurpation brutale des postes et fonctions se trouvant largement au-dessus de leurs aptitudes et compétences, pour l’encouragement à la Médiocrité et au Pourrissement qui constituent l’environnement idéal pour ces esprits ténébreux de la Sorcellerie de prospérer allègrement.

(2) En tant que secte occulte, le RPT devenu UNIR recrute ses membres et sympathisants en misant minutieusement sur certains critères spécifiques formant le profil psychologique idéal de ces membres et sympathisants. Les trois critères principaux formant ce profil psychologique idéal sont les suivants:
• Avoir une personnalité faible ou flottante;
• Être un partisan de moindre effort;
• Être un épicurien.

Avoir une personnalité faible ou flottante est le critère déterminant qui permet à la secte d’utiliser allègrement ses membres sans que ceux-ci n’osent opposer une quelconque objection de conscience ou un quelconque refus d’obtempérer. Une personne ayant une grande lucidité, un esprit de discernement clair et une forte personnalité est considérée comme un élément dangereux pour le bon fonctionnement d’une secte comme le RPT (UNIR), car cette personne tentera toujours de poser des questions critiques et gênantes sur les grandes décisions qui sont prises au sein de la secte (et touchant même parfois à la vie précieuse des Concitoyens et de la Nation Togolaise tout entière)! Une telle personne lucide n’est donc pas la bienvenue.

Être un partisan de moindre effort est le critère déterminant qui favorise l’allégeance des membres à la secte obscure moyennant d’apparents avantages (matériels, statutaires, professionnels ou autres) qui leur sont octroyés pour acheter leur silence et leur âme. Ces membres jouissant de tels avantages éphémères et non-mérités ainsi que de tels biens mal acquis se voient obligés de continuer à faire allégeance à un tel système en observant la loi du silence et de l’omerta, puisque c’est le système qui les nourrit, les entretient et leur accorde un certain statut social éphémère et d’apparence aux yeux du Public.

Être une personne aimant la vie mondaine et les frivolités est le critère déterminant qui permet à la secte d’inculquer à ses membres le rejet de tout Principe éthique et de toute Norme sociale, car les activités ténébreuses de la secte sont totalement aux antipodes des règles éthiques et sociales communément admises par l’ensemble de la société.

(3) C’est donc en s’appuyant sur ces trois critères fondamentaux que la secte RPT (UNIR) passe par des pratiques occultes très dangereuses et très subtiles mais bien connues pour toute personne spirituellement avisée afin d’embrigader les âmes des individus ayant ces faiblesses psychologiques. Recevoir donc de l’argent gratuit et spontané de la part des sommités de la secte occulte dénommée RPT et devenue UNIR, recevoir un don important et inattendu de leur part en vivres ou en nature, entretenir des rapports sexuels avec ses membres influents, ou même partager un festin bien arrosé avec eux (ce qui constitue en réalité une agape occulte avec leurs esprits ténébreux) sans avoir pris préalablement des précautions spirituelles de protection, constituent des pièges très dangereux par lesquels les âmes des adhérents ou sympathisants naïfs sont embrigadées spirituellement à leur insu pour demeurer des esclaves au service de ces esprits ténébreux, saprophytes et sanglants qui maintiennent la secte RPT (UNIR) en vie! Voilà pourquoi beaucoup de membres qui finissent par prendre conscience de la nature maléfique de ce pseudo-parti ne parviennent pas si aisément à le quitter définitivement, malgré les malheurs et la misère qu’il leur apporte!

(4) Malgré la solidarité de façade toujours affichée par les membres de la secte dénommée RPT et devenue UNIR, et au-delà de son organigramme officiel affichant les structures classiques d’un parti politique, cette secte repose fondamentalement sur cinq grandes fractions qui se bousculent mortellement en permanence et se livrent secrètement entre elles des guerres fratricides et permanentes, soit pour question de poste d’influence, soit pour question de sexe, soit pour question d’argent ou soit pour question d’autres frivolités mondaines. Voilà ce qui explique les disgrâces et les mises à l’écart fréquentes que connaissent la plupart des barons avant la fin de leur vie qui est souvent marquée par l’humiliation grandiloquente, des maladies bizarres ou des morts subites et inattendues.
Les cinq fractions principales au sein de la secte RPT (UNIR) sont:
• La fraction de la “Vieille Garde”
• La fraction des “Dauphins”,
• La fraction des “Aspirants”,
• La fraction des “Transhumants et Transfuges”,
• La fraction du “Bétail” pour les basses besognes.

La fraction de la “Vieille Garde” est celle des membres de la première heure incapables de concevoir la société togolaise sans les ombres funestes et ténébreuses du RPT dans tous les secteurs d’activités de Citoyens togolais.
Cette fraction est subdivisée en deux sous-fractions que sont la sous-fraction des “Stand-by” et la sous-fraction des “Vieux actifs”.
Les membres de la sous-fraction des “Stand-by” tels que le Général Seyi MEMÈNE ou Tɔgbui AGƆKƆLI (Chef coutumier supérieur des Eʋe de Ŋɔtsie), tels que l’ancien ministron Inoussa BOURAIMA (Président de l’Union islamique du Togo) et tel que le richissime sulfureux Joseph Ogamo BAGNA vivent généralement en hibernation loin des tumultes quotidiens de la vie politique nationale telle qu’ils l’avaient activement connue depuis les années 1970 au sein du système ténébreux de prédation. Quoique préoccupés principalement par leurs activités socio-économiques privées qu’ils exercent juste comme un passe-temps pour camoufler l’immense fortune malhonnêtement volée au Peuple Togolais pendant des décennies au sein de la pègre, ils n’hésitent pas de mettre leurs expériences de grands mafieux et leurs relations extérieures au service de ceux qui maintiennent encore la secte ténébreuse du RPT (UNIR) en activité.
Les membres de la sous-fraction des “Vieux actifs” tels que Edouard Edem Kodjovi KODJO, Barry Moussa BARQUÉ et Yao Bloua AGBO sont généralement de vieux narcissiques qui sont mal à l’aise s’ils ne sont pas toujours mis en vedette à travers les média comme ils en avaient pris le goût morbide au sein de la pègre pendant les décennies de leurs intenses activités. Ils manoeuvrent donc par tous les moyens pour se faire octroyer un poste de “conseiller spécial” à vie ou de “chargé de mission” à vie, dans l’unique but de continuer à satisfaire leur ego malade.
La fraction des “Dauphins” tels que Komi Selom KLASSOU et Silly KPABRE est constituée de la génération des zélés de la pègre ayant aujourd’hui l’âge compris entre 50 ans et 60 ans. Ces “Dauphins” sont placés au devant de la scène publique de la pègre en raison de leur médiocrité intellectuelle notoire qui les prive de toute réflexion autonome, productive et prospective, mais aussi dans l’unique souci de donner un vernis juvénile à la pègre vis-à-vis de l’extérieur. Ils constituent pour la fraction de la “Vieille Garde” une sorte de fusible placé pour encaisser de façon masochiste les coups durs qu’on pourrait asséner à cette “Vieille Garde” constituant le soubassement de tout le système prédateur.
La fraction des “Aspirants” essentiellement constituée de vulgaires demi-lettrés plus jeunes et notoirement pauvres d’esprit tels que Gilbert BAWARA, Nicolas BABINA et DamehaneYARK se distinguent par leur arrogance maladive et par leur zèle sans bornes, avec l’espoir d’être cooptés à moyen terme par une partie de la “Vieille Garde” pour devenir à leur tour des “Dauphins”.
La fraction des Transhumants et des Transfuges est composée essentiellement d’opportunistes alimentaires de tous âges tels que Georges AÏDAM, David Ekoude IHOU et Victoire TOMEGAH-DOGBE qui ont déjà essayé de façon médiocre leur arme politique ou leur parcours carriériste dans d’autres cadres, dans des institutions nationales ou supranationales ou encore dans des professions libérales sans grand succès, avant de choisir de se caser dans le RPT (UNIR), soit pour avoir du foin souillé et contaminé à grignoter dans les vieux jours à venir, ou soit pour narguer simplement d’anciens compagnons de lutte avec lesquels on est entré en conflit.
La fraction du “Bétail” qui se situe au bas de l’échelle est essentiellement constituée de deux sous-fractions que sont celle des marches de soutien et celle des milices violentes.
Tandis que la fraction des marches de soutien est composée de la plèbe mentalement et psychologiquement embrigadées pour des raisons alimentaires, pour des raisons d’appartenance socio-professionnelle ou pour des raisons de liens ataviques et irrationnels, la fraction des violentes milices est surtout pilotée par ceux qui ont reçu le surnom de “bitosard”. Il s’agit de personnes laissées pour compte et des jeunes désoeuvrés que le régime cinquantenaire a produit au fil décennies en les manipulant psychologiquement pour qu’ils demeurent dans leur perpétuelle dépendance matérielle et mentale sans vouloir leur donner une perspective d’avenir prometteur.

III. En guise d’Épilogue: Pas de Réconciliation véritable et pas de Reconstruction nationale harmonieuse sans la Fin de la Mentalité de Prédation et sans la Fin de la Violence cynique organisée.

Le régime du RPT (devenu UNIR) appuyé sur la Terreur militaire inouïe incarnée par la très petite minorité d’Officiers de pacotille médiocres au sein de l’Armée togolaise a joué pendant 50 ans le rôle funeste et prédateur joué jadis par le parti pro-colonialiste et collaborationniste fallacieusement dénommé le “Parti Togolais du Progrès” (PTP) de Nicolas GRUNITZKY dont les militants et sympathisants s’appuyaient cyniquement aussi sur la violente soldatesque de l’oppresseur colonial français pour mettre leurs intérêts matériels immédiats et leur petit statut social éphémère d’arriviste au-dessus de l’Intérêt National à moyen et à long terme.
Toute personne connaissant assez bien la vraie Histoire socio-politique du TOGO peut même affirmer sans trop se tromper que le RPT (devenu UNIR) n’est que la survivance maquillée du PTP pro-colonialiste en raison de ses orientations idéologiques officielles et secrètes, en raison de ses pratiques mafieuses et violentes, en raison de ses méthodes rétrogrades et farfelues.
La destitution arbitraire des Chefs traditionnels nationalistes pour les remplacer par des personnages falots à la botte de l’oppresseur colonial français, le chantage niais et imbécile envers les Centrales syndicales et envers les Agents de l’État, le clientélisme dans la Fonction publique sans considération des mérites et des aptitudes, le détournement des biens publics, le faux et l’usage de faux, la perfidie et le mensonge grossier, les expéditions punitives militaires vers les populations réfractaires à la spoliation coloniale et parasite des “commandants de cercle”, les assassinats crapuleux, la corruption sournoise pour encourager la délation, le tribalisme et le régionalisme comme instrument de manipulation politicienne, les faux procès contre des personnages gênants, les emprisonnements arbitraires et bien d’autres vices immondes sont autant d’ingrédients politico-mafieux que le RPT (UNIR) a visiblement hérité du PTP défunt!
Tandis que les Nationalistes togolais se battaient du Nord au Sud pour la fin de l’oppression coloniale française et pour la réunification des Peuples du TOGO tel qu’il prit forme dès l’époque allemande en vue de jouir de l’autodétermination nationale dans la Liberté, les collaborationnistes pro-français du PTP s’employaient plutôt à opposer artificiellement la région septentrionale à la région méridionale en créant artificiellement et sur de faux critères ethniques la prétendue “Union des Chefs et Populations du Nord” (UCPN) comme “allié objectif” du PTP et en prônant cyniquement qu’il faut s’accommoder avec cette violente oppression coloniale française pour un hypothétique lendemain meilleur sous la houlette “progressive” (sic!) de l’ordre colonial français, car ils n’hésitaient même pas d’affirmer niaisement que les Populations du Septentrion approuveraient dans leur ensemble la violente politique d’oppression et de spoliation de l’envahisseur colonial français!
Ces collaborationnistes nègres et leurs piètres maîtres coloniaux français furent désagréablement surpris en Pays Kabiyè par un fervent Nationalisme anti-colonialiste lors de la Mission de l’ONU conduite par le Libérien King et leur seule réaction criminelle consistait à aller massacrer froidement les pauvres Populations sans défense à Pya-Hodo en Juin 1957, dans l’espoir vain de créer la Terreur et la Psychose généralisée dans tout le Septentrion que l’oppresseur colonial français et ses suppôts nègres avaient longtemps considéré de façon illusoire comme leur “chasse gardée” où les Populations approuveraient bigotement l’oppression et la spoliation colonialistes sans rechigner!
Exactement 60 ans après ces événements tragiques, on redécouvre la résurgence spontanée de ce fervent Nationalisme entretenu toujours de façon souterraine et cachée dans tout le Septentrion face au violent régime néocolonialiste des GNASSINGBE ayant aussi considéré bêtement pendant longtemps tout le Septentrion togolais comme sa “chasse gardée”, un fervent Nationalisme souterrain qui vient se joindre au Nationalisme frondeur et populaire beaucoup plus en vogue dans les régions méridionales togolaises aussi bien hier qu’aujourd’hui.
Les deux courants du Nationalisme togolais se rejoignent aujourd’hui face à ce violent régime prédateur néocolonial incarné par Faure GNASSINGBÉ, comme ce fut le cas en Avril 1958 face au violent régime prédateur colonial et à ses suppôts nègres.
L’Histoire semble se répéter et tous les ingrédients sont donc réunis pour que le Peuple Togolais mette fin au long règne violent et sanglant du régime archaïque formé autour des GNASSINGBE pour que les Togolaises et les Togolais reprennent dignement leur Destin en main, en harmonie avec les vrais Amis du Peuple Togolais.
Dans la configuration actuelle des choses, on entend les uns et les autres dire qu’il faut ménager l’Armée togolaise et les Français pour faire partir Faure GNASSINGBE.
Poser la problématique en ces termes serait une manière de démontrer la grave méconnaissance des tenants et des aboutissants dans le long imbroglio togolais.
En effet, il est premièrement très important de garder à l’esprit que Faure GNASSINGBE à lui seul ne constitue pas le violent régime prédateur qu’il incarne et que le piètre jeune tyran médiocre et notoirement cynique n’est qu’un maillon dans la chaîne.
Il faut ensuite se rendre à l’évidence que la branche militaire sur laquelle il est assis n’est pas l’ensemble des Militaires togolais, mais est plutôt constituée de cette très petite minorité d’Officiers médiocres de pacotille trempés dans toutes sortes de crimes odieux et passibles de poursuites judiciaires à l’échelle internationale!
Un Gnakoude BERENA, un Félix Abalo KADANGA ou un Kouma BITENIWE par exemple qui font partie de cette pègre hermétique d’Officiers de pacotille inutilement violents, inutilement cruels et méchants, sans scrupules, hyper-corrompus et ternissant gravement depuis longtemps l’image de toute l’Armée togolaise tant au TOGO que hors du TOGO peuvent être valablement poursuivis aujourd’hui dans bien d’autres pays du monde au nom du Droit Pénal International pour les graves massacres à caractère génocidaire qu’ils ont fait commettre récemment en 2011 sur d’innocentes Populations civiles en Côte d’Ivoire et pour les graves massacres qu’ils ont fait commettre en 2005 au TOGO pour mettre Faure GNASSINGBE en selle!
De telles Actions de salubrité publique et de telles initiatives salvatrices au sein de l’Armée togolaise sur Pressions citoyennes multiformes intérieures et extérieures permettraient aux Populations togolaises de comprendre enfin que ce ne sont pas tous les Militaires togolais qui sont leurs bourreaux! Cela contribuerait à créer une nouvelle Confiance mutuelle entre l’Armée togolaise et les autres composantes de la Société togolaise.
Troisièmement, il faut enfin que la Jeunesse Togolaise et Africaine montante fasse comprendre clairement aux milieux français prédateurs soutenant cyniquement le régime assassin de Faure GNASSINGBE tels que le Groupe BOLLORÉ, le Groupe AREVA, le Groupe TOTAL, le Groupe ELF, le Groupe SAFRAN, le Groupe DASSAULT, le Groupe RENAULT TRUCKS, le Groupe THALES et la Banque de France entre autres, que la grogne de plus en plus menaçante des Mouvements citoyens des Peuples spoliés tant en Afrique qu’ailleurs risque de se transformer en des Actions très violentes et ciblées contre leurs intérêts vitaux et même contre leur Personnel partout dans le monde s’ils ne prennent pas en compte les Aspirations citoyennes et existentielles légitimes des Peuples Africains, et en l’occurrence du Peuple Togolais!
Il est connu de tous que ces groupes d’intérêts étrangers s’intéressent au TOGO (comme aux autres pays africains) dans l’unique espoir de s’accaparer des immenses ressources naturelles togolaises, de déverser leurs produits sur le marché togolais ou de passer par le TOGO pour accéder à d’autres pays. Vouloir obtenir tout ceci sans vouloir prendre en compte les Aspirations et les Intérêts légitimes des Togolaises et des Togolais est la manière la plus cynique de démontrer la mentalité de Prédation typiquement française que ces groupes d’intérêts français doivent payer très cher!
Ces soutiens français de taille pour le régime assassin de Faure GNASSINGBÉ doivent comprendre par exemple que la complexité des connexions de systèmes informatiques à travers le monde aujourd’hui, la complexité des réseaux de production à travers le monde aujourd’hui et la complexité des réseaux de distribution à travers le monde aujourd’hui, les rend naturellement très vulnérables à bien des égards partout dans le monde!
Une simple campagne médiatique à travers les réseaux sociaux sur les risques réels ou supposés d’intoxication à travers la consommation de produits alimentaires français peut sérieusement mettre à mal l’industrie agro-alimentaire française et l’exportation de vins et spiritueux français par exemple!
Une poignée d’Informaticiens africains peut causer aujourd’hui de graves dégâts de plusieurs millions d’euro à ces compagnies prédatrices à travers des sabotages informatiques ciblés par exemple!
Les grandes compagnies pétrolières occidentales telles que Shell et Exxon qui n’avaient pas voulu comprendre les choses ainsi au Nigeria l’apprennent actuellement à leurs dépens de façon très amère dans le Delta du Fleuve Niger et en haute mer où elles subissent de sérieuses Actions de rétorsion!
C’est seulement lorsque ceux qui cultivent la mentalité mortifère de Prédation, l’entretiennent sans vergogne ou la font entretenir par l’organisation cynique de la Violence gratuite, endémique et permanente au détriment du Peuple Togolais (et au détriment de tous les Peuples Africains par ricochet) subiront l’effet boomerang de cette mentalité morbide de Prédation que l’on peut valablement parler de Réconciliation véritable entre bourreaux et victimes.
Et c’est seulement lorsque ces violents Prédateurs locaux et étrangers se rendront à l’évidence de la Primauté du Droit (naturel et normatif) sur la Violence gratuite et endémique que l’on peut considérer que les bases saines et solides sont posées pour la Reconstruction Nationale et pour un vivre ensemble harmonieux.
Pour y arriver, les membres de la secte RPT (UNIR) et leur branche armée que constitue cette minorité d’Officiers de pacotille prédateurs et inutilement violents doivent sérieusement se purifier, non pas en s’adonnant au simulacre grotesque de “purification” qu’ils ont récemment servi sans vergogne au grand Public, mais plutôt en procédant sincèrement à un examen de conscience à titre individuel et collectif, en reconnaissant sincèrement les graves torts causés aux autres pendant des décennies à travers leurs vilenies, en présentant ouvertement des excuses à ces victimes et à leurs ayant-droits, et surtout en prenant soin de ne pas récidiver!
La Réconciliation nationale, la Paix sociale et la Reconstruction de la Nation Togolaise sur de nouvelles bases saines sont à ce prix.

Baden (SUISSE), le 02 Octobre 2017.
[1] Contacts:
PYRAMID OF YEƲE
CH-Baden (SUISSE)
E-Mail personnel et direct: Kofi.Folikpo@hotmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE