Ayayi Apédo-Amah parle de la chute de Robert Mugabe

Ayayi Apédo-Amah parle de la chute de Robert Mugabe
Robert Mugabe

Par Serge Lemask, togo-online.co.uk

ZIMBABWE : CHUTE DU DICTATEUR MUGABE. L’UNION AFRICAINE EXIGE LE RETOUR À LA LÉGALITÉ CONSTITUTIONNELLE. LA SOLIDARITÉ DES DICTATEURS CONTINUE!!!

Le coup d’État contre le tyran Robert Mugabe a fait beaucoup de gens heureux au Zimbabwe. Qui l’eût cru qu’un Mugabe s’abaisserait au rang d’un Eyadema en organisant sa succession au profit de sa femme?Ceux de notre génération qui, au cours de leur jeunesse scolaire et universitaire, ont soutenu la lutte de libération du peuple zimbabwéen, conduite par Robert Mugabe, contre le colonialisme et l’apartheid des colons racistes britanniques de l’ancienne Rodhesie du Nord, ont été profondément choqués par le vaurien de dictateur gaga qu’il est devenu.

En effet, à cette époque, les décennies 1970-1980, Mugabe était une figure marquante des luttes de libération qui faisaient la fierté de tous les Africains et particulièrement de la jeunesse. Agostinho Neto, Amilcar Cabral, Samora Machel, Nelson Mandela étaient des héros pour tout un continent avide de liberté et qui voulait, à travers ces grandes personnalités exemplaires, effacer de son subconscient les vexations, les brimades, le racisme et toutes les violences symboliques.

Grâce à ces libérateurs, l’Afrique se réconciliait avec son histoire, pas celle enseignée par les colons dans les livres d’histoire, la vraie qui été faite de résistances et aussi de défaites. Il faut dire que ces héros nous consolaient des dictateurs minables, véritables histrions, qui avaient pris nos peuples en otage après les fausses indépendances octroyées.

Mugabe et les autres nous laissaient entrevoir une Afrique soucieuse de ses intérêts et qui ne serait plus soumise aux contrats léonins du néocolonialisme.

Le devenir lugubre de Mugabe, représente véritablement un espoir assassiné. Lorsqu’il avait ruiné son pays, il aurait pu se retirer pour une retraite méritée. Au lieu d’imiter Mandela, il a préféré, bêtement, suivre la voie de la souillure d’Eyadema. Quelle honte, quelle déchéance ! Tout le bien qu’il a fait dans les temps héroïques, sera oublié pour ne retenir que le dictateur idiot et méchant, voleur et subjugué par une femme intrigante. Un pauvre type, quoi.

Mais le scandale causé par l’Union Africaine, est la réclamation scélérate d’un retour à l’ordre constitutionnel, c’est-à-dire au retour de Mugabe. Quelle connerie!
Lorsque les Togolais mettront dehors Faure Gnassingbé, l’UA viendra pleurer pour un retour à la légalité constitutionnelle ? Y a-t-il jamais eu de légalité et de légitimité au Togo ? Au Zimbabwe, Mugabe avait perdu toute légalité et légitimité depuis qu’il s’est mis à organiser des élections à la togolaise, c’est-à-dire frauduleusement frauduleuses et dans une violence inouïe à l’encontre de l’opposition démocratique.

Et d’ailleurs, a-t-on entendu l’UA condamner les violences faites aux Togolais qui se battent pour leur liberté ? L’UA a-t-elle eu un mot de compassion pour les enfants que le régime monstrueux a fait trucider?
Où sont les chefs d’État pseudo-démocrates des jeunes démocraties africaines ? Où sont-ils donc?
L’Organisation de l’Unité Africaine est morte de ses trahisons; l’Union Africaine est déjà sur de mauvais rails.
À bas Mugabe ! Il ne mérite que notre mépris après avoir été adulé. Pauvre type !

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

LAISSER UN COMMENTAIRE